ANGINE DE POITRINE, ANGOR, MALADIE CORONARIENNE, MALADIE CARDIOVASCULAIRE

L’angine de poitrine, également appelée angor, consiste en un trouble de la circulation sanguine au niveau du cœur. La cause de ce trouble réside dans la calcification des artères coronaires (artériosclérose). Dans de rares cas, il peut aussi être déclenché par une contraction (spasme) des vaisseaux sanguins.

Le trouble circulatoire entraîne une alimentation insuffisante en oxygène du myocarde. Ce manque d’oxygène déclenche des douleurs dans la poitrine avec une sensation d’oppression. Les vaisseaux sanguins du cœur étant touchés par la maladie, les médecins parlent aussi de maladie coronarienne.

L’artériosclérose est un processus évoluant lentement. L’angine de poitrine survient donc la plupart du temps après l’âge de 40 ans. Par conséquent, le risque augmente avec l’âge et, d’autre part, les hommes sont plus touchés que les femmes. Outre l’âge, les facteurs de risque importants sont le tabagisme, l’hypertension, le cholestérol, le diabète, la sédentarité et le stress. D’après les découvertes les plus récentes, d’infimes inflammations des vaisseaux, par exemple liés à une affection grippale, peuvent également jouer un rôle dans le développement d’une artériosclérose.

Typiquement, les symptômes de l’angine de poitrine surgissent dans des situations où le cœur a davantage besoin d’oxygène, comme lors d’efforts physiques ou en état d’excitation. Les douleurs de la région thoracique qui se diffusent dans le bras, l’épaule ou le menton, de même qu’une sensation d’oppression dans la poitrine, sont les symptômes caractéristiques de la maladie. Vertiges et dyspnée sont parfois observés. Normalement, les douleurs sont temporaires et elles disparaissent avec du repos, ou au plus tard suite à la prise d’une capsule de nitroglycérine. Si les douleurs persistent assez longtemps ou qu’elles s’intensifient malgré le repos, il faut absolument consulter un médecin. Il peut alors s'agir d'une angine de poitrine instable, voire d’une crise cardiaque.

Différentes analyses sont menées afin de détecter et de diagnostiquer l’angine de poitrine. En font partie un ECG d’effort, une analyse par cathéter cardiaque (angiographie coronarienne) ou encore une tomodensitométrie du cœur.

Le traitement dépend du degré de sévérité de l’artériosclérose dans les vaisseaux coronaires. En cas d’artériosclérose, la prescription de capsules de nitroglycérine suffit à elle seule à mettre rapidement fin à la crise d’angine de poitrine. Si les vaisseaux coronaires sont fortement resserrés, on peut les élargir avec un cathéter à ballonnet. Ce faisant, on ajoute souvent un petit tube (stent) afin de garder l’emplacement ouvert. S’il n’est pas possible d’élargir la zone étroite, cette dernière peut être contournée par un pontage aorto-coronarien (bypass). Bien entendu, le traitement des facteurs de risque tels que l’hypertension, un fort taux de cholestérol et un bon équilibre glycémique en cas de diabète est un axe majeur de la thérapie de l’angine de poitrine.