CRISE CARDIAQUE, INFARCTUS DU MYOCARDE

On parle de crise cardiaque (infarctus du myocarde) quand au moins une artère de la couronne cardiaque (artère coronaire) est complètement obstruée. Dans la plupart des cas, l’obstruction est due à un caillot de sang qui se forme dans une zone de rétrécissement artérioscléreux. Un infarctus du myocarde constitue une urgence médicale qui nécessite une prise en charge correcte et très rapide. Le pronostic est d’autant plus favorable que la victime d’une crise cardiaque reçoit les soins tôt.

La plupart des infarctus du myocarde sont dus à une artériosclérose. Les principaux facteurs de risque pouvant provoquer une artériosclérose sont le tabagisme, l’hypertension artérielle et un fort taux de cholestérol. La crise cardiaque survient si un caillot de sang vient obstruer une artère du cœur déjà rétrécie du fait de sa calcification. Une partie du muscle cardiaque ne reçoit plus d'oxygène et se nécrose donc très rapidement si la circulation sanguine perturbée n’est pas régulée au plus vite. De plus, la crise cardiaque précède la formation de tissus cicatriciels dans le muscle cardiaque. Cela peut perturber le rythme ou entraîner une insuffisance cardiaque.

Symptômes

Les victimes de crise cardiaque souffrent fréquemment, avant même l’infarctus, d’une angine de poitrine accompagnée de perturbations du rythme cardiaque. Les douleurs liées à l’infarctus sont toutefois bien plus fortes que celles d’une angine de poitrine. Parmi les symptômes caractéristiques, il faut citer les fortes douleurs ou une sensation d’oppression dans la poitrine, le tout accompagné de difficultés à respirer, de nausées, de sueurs, sans oublier l’angoisse à l’idée d'une mort imminente. Ce tableau clinique est également appelé syndrome coronarien aigu par les médecins. Néanmoins, des douleurs plus légères qui ne s’apaisent pas si l’on reste immobile et persistent au-delà de 15 minutes peuvent elles aussi annoncer une crise cardiaque. Les douleurs surgissent en outre souvent au niveau du cou, des épaules et des bras.

Traitement

En cas de suspicion de crise cardiaque, une hospitalisation doit avoir lieu immédiatement. Le diagnostic peut être établi très rapidement par un ECG et la détermination du taux de troponine dans le sang. La troponine est une substance qui apparaît quand les cellules du myocarde sont endommagées. En cas d’infarctus, le taux de troponine dans le sang augmente très rapidement.

Une fois le diagnostic posé, le premier objectif thérapeutique est de rétablir très rapidement l’irrigation sanguine du myocarde. Pour ce faire, différentes possibilités existent. Selon la situation, le caillot de sang qui a causé l’infarctus peut être désagrégé par des médicaments (thrombolyse). D’autre part, une ouverture du vaisseau sanguin obstrué peut être pratiquée au cours d’une intervention chirurgicale.

Après un infarctus, les facteurs de risque existants doivent en principe être traités jusqu’à la fin de la vie afin d’éviter toute récidive. On administre alors, en fonction des facteurs (co)existants, des hypolipidémiants et des anticoagulants.