VALVULOPATHIE CARDIAQUE, INSUFFISANCE DES VALVES CARDIAQUES, STÉNOSE DES VALVES CARDIAQUES, MALADIE DES VALVES CARDIAQUES

Etre atteint d’une valvulopathie cardiaque ne signifie pas qu'une valve cardiaque ne fonctionne plus correctement. Quand une valve cardiaque ne s’ouvre plus entièrement, on parle de sténose des valves cardiaques. Si elle ne ferme plus complètement, c’est alors une insuffisance des valves cardiaques. Toutes deux renvoient à une trop forte sollicitation du cœur et mènent, à long terme, à une insuffisance cardiaque ou à d’autres maladies cardiovasculaires. Souvent, une valvulopathie cardiaque ne donne lieu à aucune douleur pendant longtemps, raison pour laquelle elle est fréquemment détectée par hasard lors d’un contrôle de routine.

Le cœur humain dispose de quatre valves: deux sur le côté gauche et deux sur le côté droit du cœur. A gauche, la valve mitrale contrôle le flux sanguin entre l’oreillette et le ventricule, et la valve aortique le flux sanguin entre le ventricule et l’aorte. A droite, c’est la valve tricuspide qui régule le flux sanguin entre l’oreillette et le ventricule, et la valve pulmonaire régule celui entre le ventricule et l’artère pulmonaire. En cas d'insuffisance des valves cardiaques, la valve est étanche et une partie du sang repasse par la valve. En cas de sténose de la valve, cette dernière se rétrécit et le cœur doit à nouveau travailler contre une résistance plus forte parce que la valve ne s’ouvre plus complètement. Les deux phénomènes pèsent sur le cœur et mènent, au fil du temps, à une insuffisance cardiaque. Les maladies des valves cardiaques les plus fréquentes sont l’insuffisance mitrale et la sténose des valves aortiques.

L’insuffisance des valves peut avoir diverses origines. Une forme assez rare est celle de l’insuffisance cardiaque congénitale qui doit être traitée dès la naissance. Viennent ensuite les inflammations des valves cardiaques qui peuvent mener à une insuffisance des valves en cas d’endocardite ou de fièvre rhumatismale. Une insuffisance des valves peut également se développer suite à un infarctus avec formation de cicatrices. Aujourd’hui, en raison de l’espérance de vie généralement longue, les insuffisances des valves sont toutefois de plus en plus liées à l’âge, c’est-à-dire causées par une usure naturelle des valves.

Les symptômes d’une maladie des valves dépendent de la valve concernée et de son degré d’insuffisance. Souvent, les insuffisances des valves ne génèrent aucune douleur et sont ainsi découvertes par hasard. Si une insuffisance cardiaque se développe, des symptômes de difficultés respiratoires, de douleurs thoraciques, de performance limitée, de trouble de la circulation sanguine et d’œdèmes peuvent survenir. Le risque d’attaque cérébrale augmente parce que des caillots de sang peuvent se former.

Les insuffisances des valves sont à l’origine de souffles cardiaques. Un médecin expérimenté peut reconnaître le type de maladie de la valve à l’auscultation. L’analyse diagnostique la plus importante en vue de détecter une insuffisance des valves reste cependant l’échocardiographie, l’échographie portant sur le cœur.

Le traitement d’une insuffisance des valves est déterminé d’après le degré de sévérité de l’insuffisance. Les formes légères ne doivent pas être opérées immédiatement. L’évolution de la maladie des valves doit néanmoins être régulièrement contrôlée par des analyses. Si le cœur risque d’être endommagé durablement ou que c’est déjà le cas, une opération est recommandée. Selon la situation, différentes possibilités de traitement chirurgical existent: reconstruction de la valve défectueuse, mise en place d’une valve artificielle ou d'une valve en composants d'origine animale.