TROUBLES DU RYTHME CARDIAQUE,TACHYCARDIE, BRADYCARDIE, BLOC ATRIO-VENTRICULAIRE, EXTRASYSTOLES

Les troubles du rythme cardiaque ont des origines diverses et se présentent sous différentes formes. En principe, on les regroupe selon trois catégories: le cœur qui bat trop vite (tachycardie), celui qui bat trop lentement (bradycardie) et enfin celui qui bat de manière irrégulière (arythmie). Le traitement dépend du type de trouble et de sa cause.

En moyenne, le pouls d’une personne adulte s’élève à 60 à 90 battements par minute. Si le pouls au repos est supérieur à 100 battements par minute, on parle de battements du cœur trop rapides (tachycardie). Une fréquence cardiaque supérieure à 300 par min. constitue une fibrillation ventriculaire. Une fibrillation ventriculaire est synonyme d’[arrêt cardiaque] et s’avère fatale si l’on ne pratique pas de défibrillation extrêmement rapidement. Un pouls de 60 battements par minute au repos indique que le cœur bat trop lentement (bradycardie). En revanche, un pouls au repos compris entre 50 et 60 est normal pour les sportifs et les personnes bien entraînées. Les battements irréguliers, ou «arythmie», se caractérisent par des battements supplémentaires et des battements manquants. La défibrillation atriale, forme d’arythmie particulière, fait l’objet d’un chapitre propre.

En cas de troubles du rythme cardiaque, on constate des battements plus rapides (tachycardie) et irréguliers (battements prématurés et palpitations). Les battements prématurés sont en principe l’expression de battements supplémentaires (extrasystoles). Ceux-ci sont souvent sans danger, mais peuvent tout de même dissimuler des pathologies sérieuses. En cas de douleurs à la poitrine, de vertiges, de difficultés à respirer, de fatigue, voire d’évanouissements, ces symptômes doivent absolument être expliqués.

Différentes pathologies peuvent déclencher des troubles du rythme cardiaque. Certaines maladies cardiovasculaires en font partie, comme l’angines de poitrine, l’infarctus du myocarde, la valvulopathie cardiaque, l’insuffisance cardiaque ou la myocardite. L’hyperthyroïdie, les drogues ou certains médicaments peuvent cependant causer eux aussi des troubles du rythme cardiaque. Il n’est pas rare de ne pas déceler de organique à un trouble du rythme cardiaque.

L’électrocardiogramme (ECG) est la principale méthode d’analyse intervenant dans les troubles du rythme cardiaque. Il est souvent possible d’en déduire la cause du trouble: par exemple, une activité non coordonnée au sein de la conduction du stimulus électrique (défibrillation atriale), un trouble du transfert entre l’oreillette et les ventricules (bloc atrio-ventriculaire) ou des battements supplémentaires (extrasystoles).

Le traitement dépend du type de trouble et de sa cause. Les possibilités de traitement comprennent médicaments (antiarythmiques), opérations, stimulateurs cardiaques ou encore procédés électrophysiologiques.