CANCER COLORECTAL

Les cancers du côlon et du rectum sont regroupés sous le terme «cancer colorectal». Le cancer colorectal arrive au 3e rang des cancers les plus courants et touche surtout les personnes de plus de 50 ans. Des problèmes de transit intestinal et la présence de sang dans les selles sont les symptômes les plus fréquents du cancer colorectal. Le traitement peut consister en une intervention chirurgicale, une chimiothérapie et une radiothérapie.

Le cancer du côlon fait partie des types de cancer les plus courants. L’intestin grêle est rarement touché par cette maladie, c’est pourquoi on privilégie le terme de cancer du côlon plutôt que celui de cancer de l’intestin. Ce type de cancer touche aussi bien les hommes que les femmes. A partir de 50 ans, le risque de cancer colorectal augmente nettement. Cette maladie se développe quasiment uniquement à partir de petits polypes appelés polypes intestinaux. Un dépistage préventif chez les personnes à haut risque est donc extrêmement important, permettant ainsi de détecter précocement la présence éventuelle de ces polypes. Les facteurs suivants augmentent le risque de cancer colorectal:

  • historique familial de cancer colorectal
  • polypes intestinaux
  • inflammations chroniques de l’intestin
  • surpoids
  • activité physique insuffisante

Jusqu’à un stade tardif, le cancer colorectal provoque peu voire pas de douleurs. Changements dans les habitudes de défécation, faux besoin d’aller à la selle, alternance entre diarrhée et constipation et sang dans les selles sont toutefois des symptômes révélateurs d’un éventuel cancer colorectal. La perte de poids et la fatigue peuvent également être des signes avant-coureurs de la maladie. Par contre, les douleurs abdominales sont des symptômes plutôt rares.

Une coloscopie permet d’établir le diagnostic du cancer colorectal. On prélève ainsi des échantillons de tissu permettant de confirmer la présence de cancer. Il est d’ailleurs possible d’extraire les polypes intestinaux de petite taille lors même de la coloscopie.

Des examens de contrôle avec coloscopie ou analyse de selles (sang) sont déterminants pour un dépistage précoce.

Le traitement dépend du stade d’évolution du cancer colorectal. Au début de la maladie, une opération chirurgicale de retrait de la tumeur garantit de bonnes chances de guérison, à condition que la tumeur n’ait pas encore pris de l’ampleur ni engendré de métastase. Lorsque le cancer est à un stade avancé, une radiothérapie ou une chimiothérapie vient compléter l’intervention chirurgicale.