TUMEUR CÉRÉBRALE, TUMEUR DU CERVEAU

Les tumeurs cérébrales sont des tumeurs qui se développent dans la boîte crânienne à partir de tissus nerveux ou des méninges. En fonction des tissus à partir desquels la tumeur se développe, on parle notamment de méningiome, neurinome et de gliomes. Dans le cerveau, contrairement aux autres organes, il n’existe pas de distinction claire entre tumeurs bénignes et malignes. En effet, même les tumeurs bénignes sans métastase peuvent menacer le cerveau par le simple fait de leur croissance.

Les tumeurs cérébrales les plus fréquentes sont les gliomes, les méningiomes et les neurinomes. Les gliomes sont des tumeurs cérébrales malignes se développant à partir du tissu de soutien du système nerveux. On distingue plusieurs types de gliomes: les astrocytomes, les oligodendrogliomes, les glioblastomes et les gliomes mixtes. Ils peuvent apparaître à tout âge. Le glioblastome est la tumeur cérébrale maligne la plus fréquente chez les adultes.

Les méningiomes, eux, se développent à partir des méninges. Ces tumeurs peuvent être plus ou moins malignes selon leur forme. Les méningiomes n’apparaissent pratiquement que chez les adultes, surtout entre 40 et 60 ans.

Les neurinomes se développent à partir des cellules enveloppant les fibres nerveuses. Le plus souvent, les neurinomes touchent le nerf auditif, à l’intérieur du crâne, d’où le terme «neurinomes acoustiques». Généralement, les neurinomes sont des tumeurs bénignes mais, comme toutes les tumeurs cérébrales, leur croissance peut entraîner des lésions des tissus nerveux voisins.

Les causes des différentes tumeurs cérébrales sont largement méconnues. Jusqu’à présent, l’incidence du rayonnement électromagnétique n’a pas pu être démontrée.

Les symptômes varient grandement selon l’emplacement de la tumeur. Un neurinome acoustique se reconnaît essentiellement aux troubles auditifs et troubles de l’équilibre qu’il provoque. Pour les autres tumeurs, les maux sont moins spécifiques. Les maux de tête, les vertiges ou les nausées sont des symptômes possibles d’une tumeur cérébrale. Cependant, ils  sont le plus souvent d’origine bénigne. Des douleurs soudaines et inexplicables ou durables doivent en tout cas faire l’objet d’un examen.

Parfois, la tumeur cérébrale entraîne des troubles du langage, une paralysie, des troubles sensoriels, une faiblesse musculaire ou des convulsions.

Divers examens et analyses sont nécessaires afin de diagnostiquer une tumeur cérébrale. On peut notamment avoir recours à des examens neurologiques tels qu’un scanner ou un IRM. Occasionnellement, on réalise une ponction lombaire afin d’analyser le liquide céphalo-rachidien, ou bien l’on effectue un électroencéphalogramme afin de mesurer l’activité cérébrale.

La méthode de traitement dépend de l’origine de la tumeur et de son emplacement. Dans la mesure du possible, on cherchera toujours à retirer la tumeur par voie chirurgicale. Cela permet la guérison en cas de tumeur bénigne telle qu’un neurinome ou nombre de méningiomes. Pour l’intervention, on a recours à des procédés neurochirurgicaux modernes et spécifiques comme la chirurgie au laser, le robot chirurgical ou encore la radiochirurgie.

La radiothérapie et la chimiothérapie sont les traitements choisis pour bien des tumeurs malignes, ou lorsqu’on ne peut pas opérer du fait de l’emplacement de la tumeur.