Infrastructure médicale

En médecine, plus l'infrastructure est bonne, plus les diagnostics sont précis et les traitements efficaces. C'est la raison pour laquelle nous réalisons des investissements importants et constants dans les dispositifs médicaux. Par exemple, la technologie ultramoderne Da Vinci est utilisée chez Hirslanden. Nous travaillons également avec les accélérateurs linéaires CyberKnife et TrueBeam, développés pour une utilisation en microchirurgie. Hirslanden fait par ailleurs partie des premiers prestataires pour le diagnostic radiologique. Nos instituts spécialisés de radiologie et de médecine nucléaire offrent toute la palette d'examens radiologiques: imagerie par résonance magnétique (IRM), tomodensitométrie (TDM), mais aussi TEP CT, radiologie conventionnelle, mammographie, échographie et médecine nucléaire.

Les Klinik Hirslanden et Klinik im Park de Zurich ainsi que la Clinique Cecil à Lausanne disposent en plus des salles d'opération classiques de l'une des salles d'opération les plus modernes d'Europe: une salle d'opération hybride pour des procédures innovantes, interdisciplinaires et mini-invasives, notamment en neurochirurgie et chirurgie cardiaque.

Nous détaillons ci-après certaines des technologies employées.

 

CURIETHERAPIE

La curiethérapie, aussi appelée brachythérapie (irradiation interne) est une forme de radiothérapie; on distingue la curiethérapie par implants permanents et la technique de l'afterloading (chargement différé). La curiethérapie par implants est une intervention mini-invasive au cours de laquelle des capsules minuscules contenant des substances radioactives – des «grains» (ils ont la taille d'un grain de riz) – sont implantées à l'aide d'aiguilles fines dans l'organe atteint. Elles irradient le cancer de l'intérieur de manière ciblée. Les grains insérés sont si petits que le patient ne les sent pas. Selon les circonstances, de l'iode radioactif (I-125) ou du palladium (PD-103) est utilisé.

Avantages pour le patient

L'avantage de cette méthode est que les radiations déploient leur efficacité directement sur le tissu cancéreux. Grâce à la proximité de la source et du volume à traiter, la dose reçue par le tissu environnant diminue beaucoup plus rapidement avec la distance qu'en radiothérapie externe. C'est pourquoi il est possible en curiethérapie d'administrer une dose de radiation plus élevée dans un temps très court.  La durée totale du traitement est ainsi raccourcie et passe de six à une semaine environ.

Un autre avantage réside dans l'exposition des patients aux rayonnements, qui est nettement plus faible qu'en radiothérapie conventionnelle. La curiethérapie, seule ou associée à une radiothérapie conventionnelle et/ou à une chimiothérapie, apporte des avantages considérables au patient même sur des tumeurs avancées ou lors d'une récidive après une radiothérapie traditionnelle.

Curiethérapie
Applicateurs chargés lors de la technique d'afterloading. Les radiations détruisent la tumeur, le tissu sain est préservé
TOMODENSITOMETRIE (CT scan)

Radiographie spéciale qui crée des images de coupe de la région du corps examinée.

CYBERKNIFE

Le CyberKnife est le seul système radiochirurgical non invasif guidé par un robot qui permet de traiter les tumeurs à n'importe quel endroit du corps. Le système CyberKnife associe différentes technologies modernes: un système de localisation des tumeurs par imagerie, un bras robotique extrêmement précis commandé par ordinateur et un système moderne de positionnement du patient. Il permet également la radiothérapie de tumeurs avec une précision extrêmement élevée.

Technique robotique à haute précision

L'unité de rayonnement est déplacée sur six axes par un robot de précision pour parvenir à un traitement optimal de toutes les régions du corps. L'association de ces technologies modernes permet une forte concentration de dose et une précision de l'ordre de moins d'un millimètre pour un traitement préservateur.

Grâce au système CyberKnife, les tumeurs peuvent être traitées dans toutes les régions du corps, même celles pour lesquelles un traitement radiochirurgical n'était pas envisageable auparavant. C'est le cas des tumeurs des poumons et de l'abdomen qui peuvent se déplacer du fait de la respiration du patient ou des mouvements de l'intestin. Les tumeurs qui se trouvent à proximité de tissus sensibles aux radiations comme la moelle épinière ou le nerf optique peuvent aussi être traitées avec le CyberKnife.

Traitement avec le système CyberKnife

Pendant le traitement, le système CyberKnife détecte et corrige continuellement les changements de position de la tumeur occasionnés par la respiration, le péristaltisme intestinal ou les mouvements des patients.

Voici certaines situations pour lesquelles le système CyberKnife n'est pas envisageable:

  • Tumeurs très étendues
  • Tumeurs mal délimitées
  • Infiltration marquée
  • Métastases sur de multiples organes
  • Radiothérapie adjuvante ("de sécurité") après l'opération
  • Situations d'urgence
ROBOT D'OPERATION DA VINCI

Avec la technologie Da Vinci, un téléopérateur (robot d'opération) reproduit les mouvements des mains de l'opérateur sur les instruments qui ont été placés par de petites incisions dans l'abdomen du patient (chirurgie mini-invasive). L'opérateur contrôle les mouvements de l'instrument par le biais d'une retransmission vidéo en trois dimensions avec un grossissement jusqu'à dix fois pour des résultats d'opération sûrs avec une haute précision. Associée à la longue expérience des opérateurs, cette technique permet d'obtenir, pour le cancer de la prostate, une excellente guérison oncologique avec de très bons résultats fonctionnels, notamment en termes de continence et de puissance sexuelle.

Champs d'application variés

La technologie se prête particulièrement bien à l'ablation radicale de la prostate avec préservation vasculaire et nerveuse en cas de cancer, à l'ablation de tumeurs du rein bénignes et malignes en conservant l'organe, à l'ablation complète du rein pour les très grosses tumeurs ou les reins non fonctionnels, à la correction plastique du rétrécissement de la jonction entre le bassinet et l'urètre, à l'ablation de ganglions lymphatiques et à l'ablation radicale de la vessie avec remplacement en cas de cancer de la vessie. 

Compte tenu de la haute précision obtenue dans les interventions chirurgicales complexes aux reins, à la vessie et à la prostate, la technologie roboassistée Da Vinci est de plus en plus utilisée en chirurgie cardiaque en plus de l'urologie.

Avantages pour le patient

Avantages pour le patient par rapport aux opérations de chirurgie ouverte:

  • Intervention mini-invasive
  • Opération "microscopique" avec grossissement à dix fois
  • Opération préservant le tissu
  • Pertes de sang moins importantes pendant l'opération
  • Moins de douleurs post-opératoires
  • Préservation possible de la continence et de la puissance sexuelle pour les opérations de la  prostate et du cancer de la vessie
  • Cicatrisation plus rapide
  • Très bons résultats esthétiques
  • Convalescence plus rapide
SALLE D'OPERATION HYBRIDE

Cette salle d'opération combine une salle d'opération entièrement équipée avec un dispositif puissant d'imagerie qui délivre pendant l'intervention chirurgicale des images en trois dimensions du corps du patient sur les écrans de la salle.

  • Imagerie: le bras robotisé équipé du dispositif d'imagerie tourne autour du patient pour fournir pendant l'opération des images en trois dimensions de l'intérieur du corps.
  • Équipe: une équipe regroupant jusqu'à 20 personnes (chirurgiens, anesthésistes, spécialistes de bloc opératoire, techniciens de cardiotechnique et experts d'implants) travaille dans la salle d'opération hybride.
  • Table d'opération: la table d'opération peut pivoter dans toutes les directions. Elle communique avec le bras robotisé du dispositif d'imagerie et se déplace de façon synchronisée.

Nouvelles approches, travail en équipe renforcé

L'avantage décisif de la salle d'opération hybride réside dans la possibilité de pratiquer aussi bien des interventions mini-invasives que des chirurgies ouvertes (voire la combinaison des deux) d'une part et d'utiliser une imagerie radiologique de haute précision d'autre part. Cela ouvre la voie à de tout nouveaux concepts thérapeutiques interdisciplinaires qui sont plus préservateurs, plus rapides et plus sûrs pour les patients puisque tout peut être effectué simultanément au même endroit. En cas d'urgence vasculaire, une intervention mini-invasive peut être transformée en quelques minutes en une chirurgie ouverte sans que le patient ne doive être déplacé et transporté alors qu'il se trouve dans un état critique.

Les examens peuvent aussi être combinés: ainsi, la pression artérielle, la vitesse du débit sanguin, le volume sanguin transporté par le cœur ou encore l'élasticité des vaisseaux peuvent être mesurés et évalués directement sur place. Cela épargne au patient des examens isolés chronophages ainsi que le transport pendant l'intervention vers différents appareils de diagnostic.

L'aménagement d'une salle d'opération hybride représente un défi considérable: non seulement l'unité d'imagerie exige plus de place, mais le personnel d'un tel bloc opératoire est également plus nombreux. En fonction de la complexité et du degré de gravité de l'opération, jusqu'à 20 personnes travaillent ensemble. L'équipe est composée d'anesthésistes, de chirurgiens vasculaires, de spécialistes endovasculaires, de spécialistes du bloc opératoire, de techniciens de cardiotechnique et de personnel de soutien comme les experts des fabricants d'implants.

Procédure d'imagerie hybride pour l'optimisation des interventions cardiaques

Les méthodes de traitement mini-invasives se sont établies dans la médecine cardiaque moderne. En font notamment partie les interventions hybrides avec l'utilisation de cathéter pour les opérations cardiaques. Les échographies et rayons X sont généralement utilisés en même temps. Les deux procédures ont des utilités différentes: les rayons X permettent de représenter les os, les instruments et les cathéters. En revanche, l'échographie se prête à la représentation de structures tissulaires molles comme les valves cardiaques. Depuis 2014, les échographies 3D et les radiographies sont synchronisées et fusionnées en temps réel chez Hirslanden, de façon à obtenir une représentation globale et en direct sur un même écran. Cette procédure permet en outre une interaction directe de l'opérateur avec les images, ce qui simplifie la planification et l'exécution d'interventions chirurgicales complexes. Cette application, appelée l'"EchoNavigator", permet de parvenir à une synchronicité et à une haute précision.

Interventions hautement spécialisées

La salle d'opération hybride est entre autres utilisée pour des interventions en partie mini-invasives telles que le remplacement de la valve aortique, les pontages et le traitement des anomalies d'un septum cardiaque, des anévrismes et des sténoses.

 

LA RADIOTHERAPIE PEROPERATOIRE (IORT) AVEC L'INTRABEAM

En règle générale, lors d'une chirurgie conservatrice destinée à traiter le cancer du sein, l'ensemble du sein est irradié à plusieurs reprises. À l'issue de l'irradiation, les champs d'irradiation sont resserrés sur l'ancienne zone tumorale plus étroite pour un "boost". Ce traitement classique à l'aide d'un accélérateur linéaire dure environ six semaines.

Dans nos cliniques, ce traitement est à présent réalisé avec un "Intrabeam" chez les patientes n'ayant qu'une petite tumeur au sein. C'est un appareil d'irradiation qui peut être utilisé dans le bloc opératoire pendant l'opération. Après l'excision de la tumeur, le lit tumoral peut être traité directement et en douceur avec un applicateur en boule qui contient une source de rayons X. De cette façon, la région à haut risque du sein (la région avec la plus grande probabilité de récidive) est irradiée avec beaucoup de précision et les tissus normaux sont préservés, en particulier la peau.

IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Une IRM permet de représenter les parties molles et les structures tissulaires. Les examens d'IRM n'impliquent pas de rayons X et sont inoffensifs pour le corps humain aux puissances de champs magnétiques utilisées cliniquement de 1,5 et 3,0 teslas.

Puissance de champs magnétiques doublée

La puissance du champ magnétique est donnée en teslas, la puissance habituelle étant de 1,5 tesla. Le Groupe de cliniques privées Hirslanden possède plusieurs appareils d'IRM de 3,0 teslas. Cette puissance doublée de champs magnétiques a des effets immédiats sur la force du signal des données mesurées. Ainsi, un appareil de 3,0 teslas permet une résolution locale encore plus élevée des données d'image et donc une meilleure qualité pour l'imagerie des plus petites structures anatomiques. Dans les examens dynamiques avec produit de contraste, l'IRM garantit une résolution temporelle nettement plus élevée, un avantage de taille dans le diagnostic vasculaire. Les plus petites structures du corps (comme les tendons, les ligaments, les nerfs et les vaisseaux) sont ainsi mieux visibles, plus rapidement.

Variété d'examens possibles

Avec l'IRM, on obtient des images de coupe du corps humain qui permettent d'établir une très bonne évaluation des changements structurels. L'IRM peut représenter tous les organes du corps humain. L'appareil offre des images particulièrement détaillées et précises pour les examens des articulations (p. ex. épaule, hanche, genou), des organes internes, des vaisseaux sanguins, des voies biliaires ainsi que pour les examens du cerveau, de la colonne vertébrale et de la moelle épinière, de la prostate ou encore de l'uretère.

L'IRM se prête aussi tout à fait à l'imagerie de tout le corps, par exemple pour la recherche d'une tumeur ou la représentation vasculaire de tout le corps. Les plus petites anomalies vasculaires, tumeurs ou causes structurelles de l'épilepsie ou de l'attaque dans le cerveau sont aussi visibles à très haute résolution.

L'IRM à 3,0 teslas offre de gros avantages pour les examens des seins. Les pré-stades du cancer du sein invasif et d'autres formes diverses du cancer mammaire sont parfaitement représentés à l'image, ce qui permet à l'équipe de radiologie de les détecter de manière anticipée.

ACCELERATEUR LINEAIRE

Un accélérateur linéaire (en anglais: linear accelerator, abrégé LINAC) est un accélérateur de particules permettant d'accélérer des particules chargées électriquement. Il sert à libérer une dose d'énergie définie au préalable. Les accélérateurs linéaires dotés d'un faisceau d'électrons pour la génération de rayons X sont utilisés en médecine pour la radiothérapie des tumeurs cancéreuses.

Avec nos accélérateurs linéaires disposant d'un système de contrôle du positionnement intégré, les irradiations peuvent être réalisées au millimètre près. Le tissu sain est donc préservé le plus possible et les lourds effets secondaires sont réduits à un minimum. L'accélérateur linéaire possède en outre diverses fonctions supplémentaires: sensible à la respiration, le système de contrôle prend en compte les mouvements de la tumeur pendant les mouvements respiratoires tandis que la technique de radiothérapie avec modulation d'intensité permet d'ajuster les différents champs d'irradiation au volume de la tumeur.

Aujourd'hui encore, la plupart des patients sont traités avec un accélérateur linéaire.

Les avantages de l'accélérateur linéaire

Son avantage principal est de pouvoir traiter de plus grands volumes. Une tumeur maligne est appelée cancer parce que les cellules tumorales poussent vers l'avant à partir de la masse centrale (le nodule que l'on peut palper ou voir en TDM/IRM) comme les pinces d'un crabe. De plus, elles ont la particularité de pénétrer dans les vaisseaux et de continuer leur croissance dans les vaisseaux lymphatiques par exemple. Les ganglions lymphatiques situés à proximité de la tumeur sont alors touchés eux aussi.

Comme la guérison ne peut avoir lieu que si toutes les cellules cancéreuses du corps ont été détruites, il faut souvent traiter une zone nettement plus grande que la seule tumeur visible. Dans ce cas, l'accélérateur linéaire a des performances supérieures à tous les autres appareils de radiothérapie.

Les avantages décisifs sont donc:

  • Une irradiation précise, même pour de grands volumes
  • De longues années d'expérience
  • L'association avec d'autres formes de thérapies telles que la chimiothérapie (les avantages sont maintenant indiscutables pour certaines tumeurs)

À la Klinik Hirslanden, c'est l'appareil "TrueBeam" qui est utilisé.

TEP/CT

La TEP désigne la tomographie par émission de positons (TEP). Les positons émis détectent plusieurs fois le glucose actif présent chez les tumeurs agressives et apparaissent comme points lumineux à l'écran. Pour pouvoir ensuite classer d'une façon anatomique précise les zones actives, une tomodensitométrie (TDM) est en plus nécessaire. Les deux procédures sont réalisées l'une après l'autre dans le même appareil.