Oncologie – traitement anticancéreux en Suisse

L'annonce d'un diagnostic de cancer représente souvent un grand bouleversement pour les personnes concernées. Cependant, les traitements contre le cancer progressent à un rythme soutenu, offrant ainsi de nouvelles possibilités aux patients. Un diagnostic personnalisé, des recommandations de traitement interdisciplinaires formulées par les Tumor Boards ainsi que des méthodes de traitement combinées jouent à cet égard un rôle décisif.

Dans notre groupe de cliniques Hirslanden implanté dans toute la Suisse, des oncologues confirmés collaborent au sein de réseaux interdisciplinaires pour proposer la meilleure prise en charge globale possible. Chez nous, chaque patient bénéficie d'une prise en charge complète, individuelle, adaptée à ses besoins et durable.

En outre, tous nos médecins parlent anglais. En cas d'incompréhension linguistique, il est possible de faire appel aux services d'un interprète.

Examen et diagnostic

Examen et diagnostic

Pour pouvoir poser un diagnostic clair en cas de suspicion de cancer, le médecin doit examiner le patient de manière complète. Nos oncologues disposent à cette fin de diverses méthodes de diagnostic.

Méthodes d'examen:

  • IRM
  • CT scan
  • Pour le diagnostic du cancer du sein: mammographie
  • Pour le diagnostic du cancer de la prostate: PSA
  • Examen sanguin
  • Biopsie
  • Ponction
  • Analyse génétique moléculaire

Les oncologues de nos cliniques Hirslanden bénéficient d'une infrastructure médicale ultramoderne, qui leur permet de diagnostiquer un cancer avec précision et rapidité.

Formes de traitement du cancer

Formes de traitement du cancer

Parmi les traitements anticancéreux les plus modernes figurent notamment:

Selon le type de cancer et l'état général du patient, les traitements peuvent être réalisés en parallèle et combinés entre eux.

La complexité des maladies tumorales exige la collaboration de spécialistes issus de différentes disciplines. Dans le cadre de réunions hebdomadaires, les Tumor Boards, chaque cas individuel fait l'objet de discussions interdisciplinaires permettant de définir le meilleur traitement pour chaque patient.

Dépistage du cancer

Dépistage du cancer

Un cancer dépisté à un stade précoce peut être guéri dans la plupart des cas. Plus le dépistage de la maladie est précoce, plus les chances de guérison sont élevées. Des examens de dépistage réguliers permettent de réduire nettement le risque de cancer grave.

Découvrez les examens de dépistage proposés par Hirslanden sous Prévention du cancer.

Faits

Faits sur les cancers les plus fréquents

Le cancer du sein et le cancer de la prostate sont les formes de cancer les plus fréquemment diagnostiquées chez la femme et l'homme. Nous avons compilé les principaux faits concernant ces deux cancers les plus courants.

5 faits sur le cancer du sein:

  • Chaque année, 5500 femmes découvrent qu’elles sont atteintes du cancer du sein, et environ 90% des patientes ont de bonnes chances de guérir si la maladie est dépistée tôt.
  • Le type de traitement dépend de la taille de la tumeur et du stade de progression de la maladie.
  • Des examens de suivi ont lieu régulièrement après un traitement réussi.
  • Un mode de vie sain, une activité physique régulière et une alimentation raisonnée réduisent le risque de cancer du sein.
  • Le ruban rose est le symbole international de solidarité envers les femmes atteintes de cancer du sein.

5 faits sur le cancer de la prostate:

  • La prostate est une glande de la taille d’une châtaigne, située sous la vessie.
  • Chez les hommes, le cancer de la prostate est la forme de cancer la plus fréquente. En effet, 29% des cancers chez l’homme sont des cancers de la prostate.
  • En cas de dépistage précoce, le patient a 90% de chances de guérir.
  • Il est donc judicieux de se faire dépister afin de pouvoir déceler au plus tôt une éventuelle tumeur prostatique maligne et de la traiter efficacement.
  • On a recours à deux méthodes d’examen pour le dépistage précoce de la prostate: le toucher rectal et le dosage sanguin de PSA.
Tumeurs malignes et bénignes

Les tumeurs bénignes sont des excroissances formées de cellules saines, dont le patrimoine génétique n'est pas modifié. Elles ne peuvent donc pas pénétrer dans les tissus voisins pour les altérer, aussi ne génèrent-elles pas de métastases.  En revanche, elles présentent un risque lorsque leur croissance entrave un organe vital ou qu'elles provoquent des saignements importants.

Les tumeurs malignes sont des excroissances de cellules dont le patrimoine génétique est modifié. Elles ont échappé au mécanisme de contrôle de l'organisme et prolifèrent de manière incontrôlée: elles s'introduisent dans les tissus sains et les détruisent. Les cellules d'une tumeur maligne peuvent toucher d'autres organes via le système sanguin. Elles forment alors des tumeurs filles ou métastases qui peuvent détruire les tissus environnants.