FIV et ICSI: quelle différence?

ICSI signifie injection intracytoplasmique de sperme. Cette méthode particulière d’insémination artificielle consiste à féconder directement, en laboratoire, un ovocyte par un spermatozoïde sélectionné. On décide d’un traitement ICSI lorsque la qualité spermatique de l’homme est amoindrie ou que la quantité et la mobilité des spermatozoïdes sont limitées.

Lors d’une fécondation in vitro (FIV) traditionnelle, des dizaines de milliers de spermatozoïdes sont mis au contact de l’ovocyte dans une éprouvette. Si la qualité ou la quantité spermatique de l’homme est défaillante, une FIV traditionnelle n’est pas gage de succès, contrairement à l’injection intracytoplasmique de sperme (ICSI). L’avantage de cette méthode réside dans le fait qu’un seul spermatozoïde est nécessaire. Cet unique spermatozoïde fait l’objet d’une sélection en laboratoire pour être directement injecté dans le liquide cellulaire de l’ovocyte. Le biologiste procède ainsi à la fécondation ciblée de l’ovocyte par un spermatozoïde trié sur le volet. En Suisse, 81% de tous les cycles FIV réalisés en 2015 se sont faits par ICSI, tendance à la hausse.

 

Forts de décennies d’expérience en FIV et ISCI, les médecins et experts médicaux de Hirslanden sont spécialement formés aux diverses exigences et attentes en lien avec la culture des patients du monde entier.

 

Traitement

Le déroulement d’un traitement par ICSI est similaire à celui d’une FIV traditionnelle: suite à un entretien conseil approfondi avec votre médecin Hirslanden, ce dernier contrôle la qualité spermatique de l’homme et soumet la femme à un traitement hormonal. Cela empêche toute ovulation prématurée et incite les ovaires à faire mûrir plusieurs follicules à la fois. Les deux semaines suivantes, votre médecin effectue des analyses de contrôle régulières afin de déterminer le degré de maturité atteint par les ovocytes et de savoir s’il est temps de déclencher l’ovulation. Si tel est le cas, votre médecin prélève les ovocytes des ovaires. Cette intervention se fait en ambulatoire au cabinet de votre médecin Hirslanden et vous pouvez quitter la clinique le jour même.

Ce même jour, l’homme délivre un échantillon de sperme, lequel est manipulé à travers différentes méthodes, par ex. par «sélection physiologique des spermatozoïdes», afin de sélectionner les spermatozoïdes les plus performants. C’est là que l’on procède à l’injection intracytoplasmique de sperme (ICSI) proprement dit: les spermatozoïdes sont directement injectés dans l’ovocyte. Ces ovocytes restent sous observation trois à cinq jours durant, le temps de se développer en embryons.  Pour finir, le médecin Hirslanden implante un ou deux embryons dans l’utérus de la femme (transfert d’embryon). Si d’autres embryons se sont bien développés, ils peuvent être, sur demande, congelés dans de l’azote liquide et conservés au laboratoire en vue d’un éventuel traitement ultérieur.

Nouvelles possibilités

Depuis septembre 2017, la Suisse permet d’analyser les gènes embryonnaires avant de les implanter dans l’utérus de la femme (diagnostic préimplantatoire). De cette manière, le risque de tentatives échouées, de fausses couches et de grossesses multiples peut être considérablement réduit. Cette méthode convient avant tout aux femmes de plus de 38 ans et aux couples qui ont déjà connu des échecs et des fausses couches.

Taux de réussite

Si la qualité spermatique est normale, le taux de grossesse par ICSI est semblable à celui atteint par une FIV traditionnelle. Toutefois, l’ISCI permet d’éviter les cas où une FIV ne donne lieu à aucune fécondation malgré un spermogramme normal.

 

Si la fertilité de l’homme est limitée ou que des traitements par FIV ont échoué par le passé, il faut absolument se tourner vers la méthode ISCI.

 

En 2015, nos spécialistes Hirslanden du laboratoire «Gyné invitro» ont obtenu un taux de grossesse de 50,4 % par ICSI, ce qui les ont placés en tête des statistiques anonymes suisses. Votre médecin Hirslanden se fera un plaisir de vous conseiller et de parler avec vous de vos souhaits et de vos attentes.

 

Risques

Une fécondation artificielle ne donne pas automatiquement lieu à une grossesse, et un désir d’enfant non comblé peut être très lourd à porter pour les couples concernés. Par conséquent, votre médecin Hirslanden s’entretiendra toujours avec vous et votre partenaire, avant tout traitement, afin de faire le point sur vos angoisses, soucis et attentes et de vous éclairer sur la procédure.

 

Afin d’extraire l’ovocyte, une petite intervention en ambulatoire de courte durée doit être réalisée sous anesthésie. Il convient alors de tenir compte des quelques risques liés à la ponction d’ovocytes et à l’anesthésie de courte durée.

 

Conditions

Pour pouvoir mener un traitement par FIV ou ICSI, les conditions suivantes doivent être réunies:

 

 

  • Données de base disponibles (analyse hormonale de la femme, échographie, échantillon de sperme)
  • Femme au plus âgée de 42/44 ans, homme au plus âgé de 60/65 ans
  • Couple stable (il ne doit pas obligatoirement être marié)
  • Test HIV négatif pour les deux partenaires
  • Femme immunisée contre la maladie virale de la rubéole (maladie contractée et soignée par le passé ou vaccinée)
  • En Suisse, sélectionner des embryons selon le sexe ou des caractéristiques physiques externes est interdit par la loi